GICAM

Rôle et missions

Le GICAM assure trois principales missions:
• le service aux membres;
• la représentation du secteur privé;
• la défense des intérêts des entreprises, la promotion de la libre-entreprise et de l’espace économique camerounais.
Par ailleurs, le Groupement garantit trois fonctions essentielles:
• une fonction « économie » via la réalisation d’études, l’analyse des performances économiques des adhérents et de l’économie camerounaise en général ;
• une fonction « juridique et discale » dont l’objectif prioritaire est d’assurer l’attractivité de l’environnement juridique et fiscal de l’économie camerounaise et d’améliorer, à terme, le climat des affaires;
• une fonction « social » à travers une contribution au développement de la législation sociale et un suivi permanent de son évolution.

Le GICAM est le porte-parole des entreprises. De ce fait, il est membre de la majorité des instances qui traitent des problèmes rencontrés par celles-ci : commissions bipartites Etat-secteur privé, Cameroon Business Forum… Le Groupement préside notamment le comité de facilitation du trafic maritime international (Comité FAL), etc.

Enfin, le GICAM est membre de plusieurs conseils d’administration d’établissements publics: Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP), Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS), Universités de Douala et Dschang, Conseil d’Appui à la Réalisation des Contrats et de Partenariats (CARPA), Agence de Promotion des Investissements(API), Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur (GUCE), etc.

Des résultats concrets

Le dynamisme du GICAM a permis d’obtenir des résultats significatifs : une présence accrue des membres du secteur privé dans les instances de concertation, une consultation plus régulière du secteur privé à l’occasion de la préparation des textes législatifs et réglementaires touchant aux affaires, la lutte contre le VIH/SIDA en entreprise, etc. Parallèlement à ses efforts de dialogue tous azimuts, le GICAM mène un travail de réflexion important. Il en résulte des propositions concrètes sur des sujets variés : l’institution d’un Etat de droit, la qualité et le coût des facteurs de production, ou encore la disponibilité d’infrastructures physiques de qualité.

En 2014 le GICAM a, à travers le Cercle de Réflexion du GICAM (CREG), publié un ouvrage majeur : « Les 100 Propositions pour l’émergence »