Coopération GICAM/France« Ensemble, pour aller plus vite, plus loin et plus sûrement »

« Ensemble, pour  aller plus vite, plus loin et plus sûrement »

C’est au nom de l’ensemble de la communauté des affaires que le Président du GICAM M. Célestin TAWAMBA, a pris la parole ce jeudi 24 Octobre à l’immeuble siège du Groupement à Douala – Bonanjo à l’occasion de la concertation entre Monsieur Jean-Yves Le DRIAN, Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères de France, et le secteur privé camerounais.

D’entrée de jeux, il a rappelé le contexte difficile dans lequel intervient cette rencontre, tant pour l’Etat que pour les entreprises ; difficultés causées par des problèmes économiques, sécuritaires et de gouvernance économique.

« …Les affaires sont en baisse lente mais continue depuis une dizaine d’années, et cette baisse est susceptible de s’accélérer si rien n’est fait pour lever tous les freins et obstacles majeurs au développement des activités des entreprises. »

Exprimant le souhait de la communauté des affaires que cette rencontre marque le point de départ de la refondation du partenariat entre la France et le monde des affaires camerounais.

 

Il est allé plus loin en précisant qu’il « s’agit de redéfinir cette relation dans le sens d’un partenariat rénové, responsable, équilibré, ouvert et fécond, dans lequel l’Entreprise et le secteur privé sont placés au cœur de la stratégie de développement. »

 

 

Ce nouveau partenariat se déclinerait donc à travers :

 

-L’appui à l’amélioration constante du climat des affaires pour des entreprises plus compétitives. L’entreprise est le moyen le plus sûr qui permettrait d’offrir des emplois décents à la jeunesse et ainsi éloigner le spectre d’expéditions périlleuses vers l’Europe. L’entreprise est le seul rempart contre cette bombe à retardement que constituerait une jeunesse sans emploi, au péril de l’équilibre général de nos sociétés. Pour ces jeunes, la seule bouée de sauvetage c’est l’entreprise, et non celles qui sont lancées aux migrants en détresse lors de leurs traversées en haute mer;

 

-La prise de mesures appropriées pour améliorer la fluidité des opérations des transferts et à dissiper les inquiétudes portant sur le risque de dévaluation du Fcfa, afin de rétablir un minium de confiance avec nos partenaires;

 

-Le renforcement des capacités des personnels de l’administration et l’acquisition d’une culture pro-business (formation des procureurs, de l’administration fiscale et douanière);

 

- L’affectation d’une partie du financement du C2D à la reconstruction des infrastructures prioritaires dans le NOSO, dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Grand Dialogue National ;

 

La réorientation d’une partie de l’aide publique au développement vers les secteurs privés productifs à fort potentiel d’emploi;

 

-Le changement de paradigme des modalités d’appui au secteur privé des organismes spécialisés dont la PROPARCO, afin d’adapter les financements aux besoins et spécificités des PME;

 

L’infléchissement des programmes du FMI dont la mise en œuvre dans nos pays se traduit en général par une pression fiscale accrue et contre-productive sur les entreprises du secteur formel déjà fragilisées par les coûts de facteurs;

 

La facilitation de l’obtention des visas d’affaires, afin d’accroître la mobilité des chefs d’entreprise dont les fournisseurs et partenaires sont dans leur majorité généralement basés dans des pays de l’Union européenne, et principalement la France."

 

Tout à fait d’accord avec les propos du Président, le Ministre M. Jean-Yves Le DRIAN, bien qu’ayant un emploi du temps très chargé, a absolument tenu à rencontrer le secteur privé afin, a-t-il dit, de relancer le partenariat entre le Cameroun et la France  à la demande du Président français Emmanuel MACRON, compte tenu des difficultés que le Cameroun à rencontrées et desquelles il en sort progressivement. La relance de ce partenariat passe inévitablement à travers le partenariat entre les entreprises camerounaises et françaises.

En droite ligne de cette volonté, la France tient à renforcer les relations économiques avec le Cameroun pour améliorer ce qui existe déjà. Par exemple, le 2ème pont sur le Wouri : « quoi de mieux qu’un pont pour symboliser la relation que nous souhaitons entretenir avec le Cameroun ».

De plus, la France souhaite renforcer le Cameroun dans l’intégration nationale, l’amélioration du climat des affaires reconnaissant l’existence de contraintes telles que la fiscalité, les délais de transfert de fonds, le contexte d’insécurité…

La France, disposée à aller jusqu’au bout de son engagement, à relancé  le dialogue sur le sujet des devises, les arriérées de paiement de certaines entreprises françaises et suit de près l’engagement du soutien budgétaire.

M. Jean-Yves Le DRIAN a également relevé, suite à sa visite dans une Startup de la place, que l’innovation est un élément central du développement et a souligné qu’il y a un vivier considérable au Cameroun, étant frappé par l’immense potentiel d’investissement et de développement dont regorge le pays.

Il s’en est suivi un bref échanges avec les opérateurs économiques présents et le couronnement sous forme d’échange de cadeaux symboliques entre le Président Célestin TAWAMBA et le Ministre Le DRIAN.

 

0 commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire