Rencontre de concertation GICAM/MINEFOPLa problématique de l’emploi prise à bras le corps

La problématique de l’emploi prise à bras le corps


Il était 10h :30 minutes le jeudi 14 mars 2019 lorsque la rencontre de concertation entre le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle et le secteur privé à débuté à la salle de conférence André Siaka du GICAM.

Cette rencontre organisée à l’initiative du MINEFOP était présidée par le Ministre, Monsieur Issa TCHIROMA BAKARI, en présence du Président du GICAM, Monsieur Célestin TAWAMBA, le représentant du Gouverneur de la région du Littoral, le S.G. du MINEFOP, Monsieur Justin KOUEKAM ; le Directeur Général du FNE, Monsieur Camille MOUTHE A BIDIAS ; Monsieur Adamou, Directeur de la main d’œuvre au MINEFOP.

L’honneur a été fait au Président du GICAM Monsieur Célestin TAWAMBA en tant qu’hôte d’ouvrir le bal des prises de parole pour souhaiter la bienvenue au Ministre et sa suite ainsi qu’aux chefs d’entreprises et DRH venus nombreux pour la circonstance. Le Président Célestin TAWAMBA n’a pas manqué de préciser lors de son allocution que la main d’œuvre oisive, l’adéquation formation emploi sont entre autres des problématiques qui intéressent au plus haut point les entreprises. 

Le Ministre Issa TCHIROMA BAKARI prenant la parole à son tour a exprimé la détermination du gouvernement à s’engager résolument dans la lutte contre le chômage. En accord avec le Président Célestin TAWAMBA, il a ajouté qu’il faut le concours de tous pour réussir en adoptant une stratégie consensuelle de lutte et de mise en place d’un système de formation professionnelle pour l’emploi.

La circonstance s’y prêtant, la parole a été donnée à un employeur en la personne de Monsieur Yves Didier, Directeur Général de FIDUCIA. Il a évoqué la question des travailleurs déplacés de nationalité étrangère. D’après lui, une attention doit être portée pas seulement sur les entreprises qui ont recours au MINEFOP pour la demande visa pour le personnel expatrié mais surtout sur celles qui ont directement recours aux services d’immigration, qui obtiennent un permis de séjour avec lequel le personnel étranger travaille en toute impunité. Pour lui, il est impossible de dissocier le problème de l’emploi du contexte économique actuel au Cameroun, grande cause du chômage. Il faut également accentuer  la formation professionnelle continue et rendre le contexte économique plus favorable aux entreprises pour aider à résorber ce problème de chômage. 

Monsieur Isaac BISSALA, Président de l’Union Générale des travailleurs du Cameroun a pris la parole par la suite au nom des travailleurs. Il a présenté les dispositions règlementaires quant à la question de la promotion de l’emploi et de la formation en citant le Guide de la Déclaration de Principes Tripartite Sur Les Entreprises Multinationales Et la Politique Sociale adopté à Genève et la Déclaration de l’Union Africaine à Addis Abeba.

Après ces présentations, le Ministre a décliné les principaux axes des échanges qui se sont articulés autour de quatre principales thématiques à savoir la question de l’octroi des visas de travail, le placement de la main d’œuvre, la mise en adéquation de la formation avec l’emploi et la création d’emplois pour les jeunes.

Sont intervenus tour à tour les chefs d’entreprises, les DRH, les responsables d’entreprises de placement du personnel. On retiendra donc:

- Sur la question de l’octroi des visas, le Ministre Issa TCHIROMA BAKARI a précisé que les visas seront refusés à titre exceptionnel et motivé par les textes en vigueur qui prévoient que la main d’œuvre nationale soit privilégiée. En cas de manque prouvé d’une main d’œuvre qualifiée au niveau national, le visa sera accordé pour le recrutement d’une main d’œuvre étrangère. Cependant, séance tenante, le Ministre a annoncé aux entreprises présentes qu’il procèdera dans les tous prochains jours à la signature des visas en suspens dans ses services depuis deux mois.  

- S’agissant du placement de la main d’œuvre, il est apparu qu’il existe une incompréhension entre les entreprises de placement du personnel et les syndicats. Pour y remédier, le Ministre a instruit qu’une rencontre soit organisée au mois d’avril 2019 au MINEFOP entre les parties prenantes, et les experts du ministère pour des clarifications en vue de déboucher sur une compréhension univoque des textes.

- En fin, parlant de la mise en adéquation de la formation avec l’emploi pour faciliter l’insertion des jeunes. Le Ministre souhaite que les chefs d’entreprises anticipent sur le besoin en main d’œuvre qualifiée, en informent le gouvernement en cas de besoin d’un centre de formation spécialisé. Ceci permettra de réduire le niveau d’importation de la main d’œuvre étrangère.

- Sur le plan de la création d’emplois pour les jeunes, l’idée générale à retenir des échanges est que seul un environnement des affaires favorable peut faire émerger les conditions de la création d’emplois.

Cependant, le Président du GICAM a exprimé au Ministre l’engagement et la détermination du secteur privé à travailler avec le Gouvernement pour l’atteinte de cet objectif. 

Cette démarche entreprise par le Ministre Issa TCHIROMA BAKARI seulement 02 mois après sa nomination à ce poste à été très bien accueillie et a donné l’occasion au Ministre de montrer clairement sa disposition à travailler main dans la main avec le secteur privé.


image image image image image image image