GICAM/UNICEFLe personnel du Secrétariat Exécutif à l’école de la RSE et droits de l’enfant

Le personnel du Secrétariat Exécutif à l’école de la RSE et droits de l’enfant

Une session de formation s’est tenue au GICAM à l’endroit du personnel du Secrétariat Exécutif, visant à les sensibiliser sur les enjeux liés au respect des droits de l’enfant, le mercredi 24 juillet 2019. C’est dans le cadre du Protocole d’Entente signé avec l’UNICEF au mois de novembre 2018 créant ainsi une collaboration avec le GICAM, en vue de sensibiliser la population camerounaise aux enjeux liés au respect des droits des enfants. Cette session avait pour thème : la responsabilité sociétale des entreprise et droits de l’enfant. En effet, en tant qu’organisation patronale, le GICAM doit promouvoir auprès de ses membres le respect des droits de l’enfant. C’est à ce titre que 02 cadres de l’UNICEF à savoir Mme Brigitte HELALI et Mme Laure BASSEK ont tour à tour entretenu la vingtaine des personnes présentes autour de la table de la salle du Conseil du GICAM.

 

Une présentation générale de la situation des enfants dans le monde a été faite et la condition de plusieurs se révèle préoccupante : 25% d’entre eux sont malnutris, 8,7% non scolarisés, 60% subissent des violences physiques. La société toute entière est donc interpellée par ce fait et chaque acteur devrait prendre des mesures appropriées pour améliorer les conditions de vie de ces derniers.

 

En ce qui concerne la responsabilité des entreprises dans cette lutte permanente, il ressort que les Principes régissant ces dernières dans le domaine des droits de l’enfant les appellent partout dans le monde, à respecter et défendre ces droits par le biais de leurs activités et relations commerciales, notamment sur le lieu de travail, dans les marchés, au sein de la collectivité et de l’environnement. En somme l’engagement de l’entreprise revient à mener des actions visant à :

 

-Garantir la sécurité des produits et services, et à travers eux, s’efforcer de défendre les droits de l’enfant ;

-Assurer la protection et la sécurité des enfants dans l’ensemble des activités de l’entreprise ;

-Contribuer à l’élimination du travail des enfants, dans l’ensemble des activités de l’entreprise et de ses relations commerciales ;

-Mener des actions de marketing et de publicité qui respectent et défendent les droits de l’enfant ;

-Renforcer les efforts de la communauté et du gouvernement pour protéger et faire appliquer les droits de l’enfant ;

-Respecter et défendre les droits de l’enfant en matière d’environnement et d’acquisition ou d’utilisation de terrains ;

-Redistribuer les bénéfices de l’entreprise au travers des projets sociaux tels que la construction des écoles, la construction des centres de santé et des points d’eau.

 

D’usage, chaque individu ayant un rapport direct ou indirect avec cette couche de la société, la correction des enfants passe par le châtiment corporel. D’après les expertes, il existe d’autres méthodes pour conduire les enfants sur voie du succès ; à l’instar des causeries éducatives avec ces derniers. Aussi, les enfants ne sauraient, même à leur demande, exercer des activités génératrices de revenus en leur temps libre car, celles-ci les exposent à plusieurs maux du fait de leur vulnérabilité.

Après une heure et 15 minutes d’échanges, les deux parties ont convenu de se retrouver dans les mois à venir pour une prochaine session.

 

0 commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire