CMAGLes centres d'arbitrage de l'espace OHADA face aux TIC

Les centres d'arbitrage de l'espace OHADA face aux TIC

Céline Ndongo Dimouamoua est docteure en droit, enseignante - chercheur à l’université de Douala. Elle a une bonne connaissance des centres d’arbitrage pour avoir collaboré avec la Présidente du CMAG. Son article sur « les centres d’arbitrage de l’espace OHADA face aux technologies de l’information et de la communication (TIC) » vient d’être publié à la Revue juridique de la Sorbonne (périodique semestriel édité par l’Institut de Recherche Juridique de la Sorbonne -IRJS- https://irjs.pantheonsorbonne.fr/revue-juridique-sorbonne). Vous trouverez ci-dessous le résumé dudit article qui vise à sensibiliser les praticiens de l’arbitrage sur l’importance d’adapter leurs méthodes de travail au contexte économique et sanitaire actuel, en développant l’arbitrage en ligne.


Depuis l’adoption de l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage, les centres d’arbitrage se sont multipliés dans la zone OHADA. Même si tous ces centres ne sont pas au même niveau de développement, les acteurs économiques leur confient de plus en plus le règlement de leurs différends. Toutefois, la fermeture des aéroports, la limitation des déplacements, l’impossibilité de se réunir, conséquences de la crise sanitaire mondiale apparue en mars 2020, ont perturbé le fonctionnement des centres d’arbitrage du monde entier, y compris ceux situés dans la zone OHADA. En abolissant les distances et les contraintes de temps, les technologies de l’information et de la communication (TIC) se sont révélées être des moyens efficaces de contournement des difficultés nées de la pandémie.


En effet, les grands centres d’arbitrage en ont profité pour mettre en œuvre des solutions technologiques permettant de réduire l’impact de la crise sur les procédures arbitrales. Dans cet environnement hautement concurrentiel, la question de l’arbitrage en ligne dans les centres d’arbitrage de l’espace OHADA s’est alors de facto posée. La question de la place réservée aux TIC dans l’administration des procédures par ces centres et les moyens d’y développer l’arbitrage à distance est posée. Pour répondre à cette double interrogation, un état des lieux de l’arbitrage en ligne dans les centres d’arbitrage de la zone a été fait. Il en ressort que les règlements d’arbitrage des centres abordent le sujet de manière lacunaire. Bien plus, l’environnement économique et technologique dans lequel ils évoluent peut constituer un frein au recours aux TIC.


La nécessité de compléter les règlements d’arbitrage sur des questions comme la cybersécurité, l’organisation des réunions virtuelles ou encore la signature électronique des documents est clairement apparue. Afin d’accélérer le développement de l’arbitrage en ligne, les centres d’arbitrage situés dans l’espace OHADA doivent aussi former leur personnel à l’usage des TIC, encourager les parties à signer des cyber-protocoles, et mettre à leur disposition des guides d’usage des TIC dans les procédures arbitrales. En pratique, la révolution numérique dans les centres d’arbitrage africains n’aura pas lieu sans les efforts combinés des centres, des parties et des arbitres. 22 ans après l’adoption de l’AUA, la compétitivité et la maturité des centres d’arbitrage de l’espace OHADA seront fonction de leurs capacités à intégrer les TIC dans leurs méthodes de travail.


Télécharger la revue

 

0 commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire