Rencontres SectoriellesPosition faitière du GICAM consolidée

Position faitière du GICAM consolidée
Après les entreprises, place aux organisations professionnelles membres du GICAM, qui se sont rencontrées par visioconférence le mercredi 16 Septembre 2020 autour de Monsieur Célestin TAWAMBA, Président du GICAM, pour des échanges directs sur leurs préoccupations. 
Dans son propos introductif, le Président du GICAM, a rappelé que l’un des objectifs du programme de l’actuel Conseil d’Administration "GICAM en action", est de structurer les entreprises par secteur d’activités. Tout en saluant les entreprises ayant déjà réussi ce pari, Monsieur TAWAMBA a relevé qu’il est fondamental pour le GICAM de s’appuyer sur les organisations professionnelles. En retour, celles-ci doivent trouver au patronat un levier pour être plus efficaces. 
La présentation introductive a été faite par Messieurs Vincent KOUETE, Secrétaire Exécutif Adjoint du GICAM, et Nacisse CHASSEM, Représentant du GICAM pour le Centre-Sud-Est. Dans leur présentation, ils ont présenté un panorama des missions des organisations professionnelles ainsi que les défis auxquels elles sont régulièrement confrontées. Après une évaluation de leur représentativité tant sur le plan quantitatif que qualitatif, des suggestions ont été faites pour améliorer le dialogue intra-privé et public-privé et les services à valeur ajoutée du GICAM pourraient servir de leviers pour renforcer leur gouvernance. 
Les différentes interventions des présidents et représentants des organisations professionnelles enregistrées à la suite de la présentation, ont mis en lumière les principales difficultés auxquelles elles sont confrontées. Il s’agit en particulier de la concurrence déloyale ; des problèmes d’accès au financement ; de leur faible représentativité quantitative liée à la faible culture patronale des entreprises et surtout, de l’action contreproductive des pouvoirs publics qui privilégient les concertations et les réponses individuelles de la part des entreprises.
De manière spécifique, certaines préoccupations sectorielles sont ressorties :
  • la concurrence déloyale des entreprises qui ne respectent pas toujours les conventions collectives 
  • l’intégration interne des activités, notamment par certains importateurs ;
  • les défaillances dans les systèmes de délivrance et de contrôle des agréments ;  
  • les déficits en infrastructures et particulièrement s’agissant des télécommunications ;
  • les problèmes de régulation de certains secteurs d’activités ;
  • la faible prise en compte des enjeux importants tels la promotion de l’économie verte dans les stratégies de développement du pays ;
  • etc.
Au terme des échanges, les résolutions suivantes ont été prises : 
Pour le GICAM, il est question de :
  • mettre sur pied un observatoire de la compétitivité ;
  • organiser des rencontres avec les professionnelles de certains secteurs particulièrement menacés ;
  • adresser dans le cadre du plaidoyer, les problématiques de concurrence, lutte contre la contrefaçon, financements adaptés à l’agriculture, promotion et protection de l’économie verte ;
  • développer des actions de partage et d’échanges avec les organisations professionnelles membres pour un renforcement mutuel ;
  • etc.
Pour les organisations professionnelles, il s’agit de :
  • De tenir le GICAM informé des initiatives de plaidoyer menées auprès de l’administration pour que davantage de synergies soient envisagées ;
  • de veiller à remonter régulièrement leurs préoccupations au GICAM en les adossant, autant que faire se peut sur des données chiffrées ;
  • travailler de manière plus synchronisée avec le GICAM qui se tient à leurs cotés pour les renforcer.
En guise de conclusion, le Président du GICAM a tenu a rassuré les organisations professionnelles de l’engagement du Groupement à mener des actions fortes pour une concurrence plus saine entre les entreprises. 
 

0 commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire