Employeurs/TravailleursUn nouveau souffle pour le dialogue social bipartite

Un nouveau souffle pour le dialogue social bipartite

Elle était spéciale, cette rencontre de la Commission sociale, Emploi et Acquisitions des compétences tenue ce mardi 04 juin 2019 autour de 11 heures 25 minutes. Et pour cause, la présence  des différents représentants des centrales syndicales à la réunion mensuelle de cette plateforme qui traite de questions d’emploi, de formation, mais surtout du social qui en occupe une place prépondérante. La Vice-Présidente, Mme Emilienne BIBOUM, qui modérait cette séance, en l’absence du Président, empêché, a introduit son propos par un mot de gratitude à l’endroit des Représentants des syndicats et les membres de la Commission Sociale qui ont bien voulu honorer de leur présence cette rencontre. En guise de rappel, ce cadre de travail a pour but de relancer les bases du dialogue social bipartite longtemps resté en berne, malgré les relances et l’appui du partenaire inconditionnel, le Bureau International du Travail qu’il convient de remercier, somme toute.

Cinq (05) représentants des centrales syndicales dont la CCT, l’UGTC, l’ULSC, CGSTC  et la CSAC ayant pris part à ces travaux ont tous exprimés leur satisfaction de voir le GICAM remettre cette plateforme en marche dont la dernière rencontre remontait à trois (03) ans. Ils ont exprimé le désir de voir cette initiative se pérenniser. A l’unanimité, le constat est clair, l’époque des querelles est révolue et l’urgence est de travailler pour le bien commun. De ce fait, la tenue du dialogue social bipartite passe par un préalable qui est celui de connaitre la santé de l’entreprise de laquelle dépendent les travailleurs et les employeurs ; ceci dans le but de mieux structurer les attentes de tous. Si une entreprise est en mauvaise santé économique, les employés ne peuvent pas s’attendre à un meilleur traitement. Les syndicats disent d’ailleurs ne pas ignorer que ces dernières croupissent sous le poids des impôts et autres taxes douanières.  Il est donc dans l’intérêt commun des employeurs et des travailleurs, de mettre ensemble leurs énergies afin d’être une force de propositions face au Gouvernement. Pour ce faire, ils souhaitent que cette plateforme soit ouverte à d’autres Groupements patronaux représentatifs.  

Quelques sujets cruciaux du monde du Travail ont meublé cette rencontre suivis par de recommandations :

  La promotion du travail décent est d’abord une prérogative du Gouvernement et à qui revient  la responsabilité de mener des actions dans ce sens au sein des entreprises selon une recommandation du BIT. Le Gouvernement s’est très peu déployé jusqu’ici.

  La révision du Code du travail : le Groupement tout comme les syndicats, avaient soumis au Gouvernement les propositions de réformes à propos depuis quelques années. Toutes les relances faites par le Groupement à ce sujet sont restées muettes. Le Gouvernement s’est isolé pour achever les travaux qu’il soumettra à l’Assemblée Nationale pour Adoption. Une lettre sera adressée au Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale afin qu’il leur soit communiqué le projet de Code du Travail pour avis, avant soumission à l’Assemblée Nationale.

  Le projet de couverture santé universelle est sous étude et certaines représentations syndicales sont membres du Comité technique chargé de mener des réflexions sur la faisabilité de ce projet. Le Comité communiquera aux partenaires sociaux les conclusions de leurs analyses une fois le travail terminé.

Autre sujet qui a meublé les échanges, c’est l’avenir du Travail : les participants estiment qu’au-delà de la protection du Travailleur, il est temps de réfléchir sur l’avenir du travail au regard de la précarité de l’emploi qui sévit, de la digitalisation, du télétravail...

Comme recommandation, l’accent sera mis sur le travail décent. Chaque partie devra préparer des éléments nécessaires concernant les différents points suscités pour les prochaines rencontres. Le point d’encrage étant la création des emplois durables et l’intégration des mouvements patronaux et syndicaux les plus représentatifs afin de parler d’une même voix.

Ces rencontres se tiendront désormais tous les trimestres mais auparavant, une rencontre se tiendra les 25 et 26 Juin sous la coordination du Bureau International du Travail sur l’importance du dialogue social bipartite.

 

image
image
image
image
image
image
 

0 commentaire

Vous pouvez laisser un commentaire