Le GICAM veut s’approprier la méthodologie EESE

Le GICAM veut s’approprier la méthodologie EESE

Le BIT vient d’organiser un atelier sur cette méthode, plus connue sous l’appellation anglaise Enabling Environment for sustainable enterprises, adaptée au secteur agropastoral du Cameroun.

Cet atelier a eu lieu du 31 juillet au 02 aout 2018 a eu lieu à l’hôtel Vallée des princes à Douala. Sur financement du Fond International de Développement Agricole (FIDA), le Bureau International du Travail (BIT) a signé avec le programme national de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), un partenariat technique matérialisé sous la forme d’un projet d’assistance technique. Cette assistance porte sur l’amélioration du climat des affaires dans le secteur agropastoral et le renforcement des capacités des opérateurs de facilitation avec comme objectif final la création de 5040 entreprises dirigées par des jeunes dans huit filières agropastorales. 

Dans l’optique de mener à bien cette mission, une méthodologie d’évaluation adaptée au secteur agropastoral est proposée par le BIT : la méthodologie EESE. Elle évalue l’environnement favorable aux affaires d’un pays selon quatre piliers (économique, social, politique et environnemental) en se basant sur 17 critères et se décline en quatre principales étapes complémentaires : 

  • Collectes des données 
  • Une enquête nationale sur les données primaires 
  • La production d’un rapport général 
  • Et la proposition de reformes spécifiques pour améliorer l’environnement des affaires dans le secteur. 

La méthodologie EESE a été testée dans plusieurs pays en Europe comme en Afrique et a donné de très bons résultats. Dans le cadre de ce projet, un groupe de travail a été mis sur pied pour superviser et évaluer les avancés du projet. 

Les objectifs de cet atelier étaient : 

  • S’imprégner sur la méthodologie EESE du BIT
  • Présenter celle adaptée au secteur agropastoral du Cameroun
  • Présenter les indicateurs secondaires collectés 
  • Sélectionner 10 critères EESE prioritaires pour le secteur agropastoral au Cameroun 
  • Valider la méthodologie de l’enquête et les projets de questionnaire 

Ceci afin de pouvoir identifier et formuler les recommandations ainsi que les solutions pertinentes en termes d’actions pour l’amélioration des performances du projet.  

Sept thématiques ont été abordées, entre autres : le programme PEA-Jeunes, le programme d’assistance du BIT, l’approche EESE, la méthodologie EESE adaptée au secteur agropastoral, le rapport de collecte, les 17 critères et les projets de questionnaires. Chaque thématique a été traitée en plénière. Les critères et les questionnaires, dans un groupe de travail qui intégrait à chaque fois un partenaire du BIT ou encore un consultant. Il ressort de ces groupes de travail plusieurs propositions et des recommandations qui permettront une meilleure avancée du projet et une meilleure approche sur le terrain.


1. Propositions 

Il est question ici d’étudier les 18 critères proposés et d’en sélectionner les dix plus pertinents et ayant un impact réel sur l’activité agropastorale. Les critères sélectionnés sont les suivants:

  • Paix et stabilité politique
  • Politique macroéconomiques saines et bonne gestion de l’économie
  • Accès aux services financiers, non financiers et intrants
  • Environnement légal et réglementaire
  • Infrastructure physique
  • Technologies de l’information et de la communication 
  • Recherche et développement
  • Education, formation et formation continue 
  • Culture entrepreneuriale
  • Gestion responsable 

Suite à ce choix, des ajustements ont été apportés aux questionnaires (employeurs et travailleurs). 

Le GICAM a été amené à travailler sur les questions d’accès aux services de bonne gestion de l’économie, accès aux services financiers et de proposer des questions pour l’accès aux services non financiers (accompagnement, assistance technique, montage de business plan, assistance à la création…) et autres volets utiles lors du lancement d’un projet agropastoral ou dans la gestion d’une entreprise du même secteur. 

Dans son rôle d’influenceur économique, le GICAM pourrait également s’approprier cette méthodologie EESE pour ces différentes enquêtes et ainsi collecter des données au niveau des membres en utilisant les 10 critères EESE et proposer des reformes spécifiques pour améliorer l’environnement des affaires dans chaque secteur d’activités de nos membres. Mais aussi avoir des informations de veille. 

imageimage