Libérer la croissance du secteur privéLa Banque Mondiale conforte les propositions du GICAM

La Banque Mondiale conforte les propositions du GICAM

Le mercredi 07 décembre 2022, le Groupe de la Banque Mondiale à travers sa filiale Société financière internationale (IFC), a procédé, à Yaoundé, à la présentation de son Rapport Diagnostic pays sur le secteur privé (Country Private Sector Diagnostic – CPSD) consacré au Cameroun et édité en novembre 2022 et titré Créer des marchés au Cameroun – Libérer la croissance du secteur privé.

Tirant parti de l’expertise du Groupe de la Banque mondiale, les CSPD sont élaborés pour favoriser le dialogue entre le Gouvernement (mobilisation du secteur privé et cibler l’investissement public), les Institutions financières (identifier les priorités) et le secteur privé (saisir des opportunités d’investissement). Pour cela, les Rapports CPSD identifient les principales opportunités de croissance tirée par le secteur privé, les contraintes clés aux investissements privés et un ensemble de réformes qui peuvent résoudre ces contraintes.

Pour le Cameroun, le Rapport CSPD part du constat selon lequel les 20 années ont été marquées par une croissance stable, des politiques macroéconomiques prudentes, une stabilité politique qui ont accru la prospérité sans toutefois se traduire par des progrès suffisants en matière d’investissement, de diversification de l’économie. Les gains de productivité sont restés insuffisants pour accélérer la croissance et créer des emplois décents. La conclusion est alors sans appel : sans amélioration des conditions pour le secteur privé, pour une participation plus active dans les chaînes de valeur régionales et internationales, le pays ne parviendra pas à atteindre les objectifs de la SND30 et à devenir un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure.

Pour pouvoir mobiliser les solutions du secteur privé aux problèmes de développement, le Rapport propose trois piliers : Repenser l’équilibre public-privé (Pilier 1), Exploiter le potentiel de la diversification de l’agro-industrie (Pilier 2), Améliorer la compétitivité des villes (Pilier 3). En outre, des contraintes transversales concernant trois domaines devront être levées (environnement fiscal, rôle du Gouvernement, Administration foncière).

S’agissant de l’environnement fiscal, le CSPD suggère notamment de revoir le prélèvement forfaitaire effectué sur la base de 2,2% du Chiffre d’Affaires et de réduire progressivement les exonérations discrétionnaires ainsi que la loi sur les incitations.

Les différents constats ainsi que la plupart des propositions faites dans le cadre de ce Rapport par le Groupe de la Banque mondiale ont été salués par le Président du GICAM, Monsieur Célestin TAWAMBA, qui a participé au Panel d’échanges organisé après la présentation du Rapport et animé par Monsieur Abdoulaye Seck (directeur des opérations pour le Cameroun, la République centrafricaine, la Guinée équatoriale, le Gabon, la République du Congo et Sao Tomé et-Principe).

Le Président du GICAM a dit sa satisfaction sur la convergence de vue qui se dégage sur les constats et le diagnostic (confère Livre Blanc du GICAM) et d’une manière générale sur les propositions. Il a suggéré que de la compléter par la priorité absolue à donner à la résolution de la question énergétique, préalable des préalables à toute stratégie d’industrialisation, l’amélioration de la justice commerciale, l’amélioration de la fluidité des déplacements entre Douala et Yaoundé, etc.

Lien téléchargement Rapport CPSD Cameroun 2022 : Diagnostic Pays Du Secteur Privé: Cameroun (ifc.org)